darkman-de-sam-raimi-se-venge-dans-l-edition-ultime-blu-ray-et-comic-book-de-l-atelier-d-image

‘Darkman’ se venge avec une Édition Ultime Blu-ray + Comic Book

Last updated:

Début novembre, un sombre héros revient sur nos écrans dans une formidable édition Blu-ray. Le vengeur masqué répond au nom de Darkman. Et soyez préparé à son grand retour rendu possible grâce à la sortie vidéo – signée l’Atelier d’Images – du grand film homonyme de Sam Raimi.

Ce sept novembre, Darkman revient sur nos écrans grâce à la sortie d’un coffret prestige contenant le film culte de Sam Raimi ainsi que ses deux suites, une bande déssinée et une multitude de bonus. L’occasion de revenir sur le film culte du cinéaste des trilogies Evil Dead et Spider-Man.

Raimi’s Superheroes

Bien avant le premier volet de sa grandiose trilogie Spider-Man, Sam Raimi s’est consacré à un super-héros né de son imagination, Darkman. En voici l’histoire de base, contenue dans le synopsis du film : « Le docteur Peyton Westlake est sur le point de découvrir les secrets de fabrication de la peau synthétique, lorsqu’un gang conduit par le sadique Robert G. Durant détruit son laboratoire. Entièrement défiguré et laissé pour mort, Westlake n’a plus qu’un objectif : se venger ».

Si on considère son Ash d’Evil Dead 2 comme un super-héros cyborg tueur de deadites, on remarque d’ores et déjà que la figure super-héroique n’est pas lumineuse chez Raimi. Elle ne naît pas d’un accident merveilleux. Idem dans sa trilogie Spider-Man où Peter Parker connaît la fièvre, souffre, pendant sa transformation en homme-araignée. Peu après, son oncle Ben décedera dans des circonstances liées à un choix de Peter. Le jeune homme apprendra qu’un « grand pouvoir implique de grandes responsabilités », et dans la douleur du deuil, Spider-Man naîtra.

Car le héros Raimi-en est un être qui naît dans la douleur. Psychologiquement déjà : Ash tend à sombrer dans la folie après la perte de sa petite amie et de ses amis ; Peter perd son oncle ; Peyton Westlake est enterré sans corps face à sa petite amie en pleurs alors que le personnage, en réalité vivant, se réveille dans une clinique où il sert de cobaye à des expériences médicales de docteurs n’ayant rien à faire de qui il peut être. Il est probablement « un de ces sans-abris ».

Darkman, le « fantôme de l’opéra » de Sam Raimi.

Et c’est dans sa chair que le super-héros de Raimi se forge. Les héros connaissent mille et une souffrances physiques : le héros d’Evil Dead prend mille et un coups, chute, est projeté dans un meuble… Pire, il coupera sa main alors maléfique et la remplacera par une tronçonneuse. A un niveau plus léger, Peter Parker lui sera fiévreux, souffrant, avant de découvrir ses nouvelles aptitudes. Peyton Westlake connaît un sort bien plus difficile que l’homme araignée : il est gravement brûlé sur quarante pour cent du corps, notamment les mains et le visage. Raimi est un grand lecteur de comics, et un fin connaisseur des sens portés par les figures héroïques. Les mains de Peyton sont terriblement abimées : os, tendons, muscles, chair brulées sont visibles. Raimi présente, à l’instar de Lucas avec Anakin et Luke Skywalker, un héros qui a perdu ses mains, et surtout, leur humanité (rappelons que les héros Lucas-iens voient leur mains remplacées par des membres mécaniques). Si le protagoniste doute de ses capacités, il va à nouveau montrer à quel point il est capable d’agir. Le héros n’a finalement pas perdu son pouvoir, mais ses actes seront, à l’image de l’apparence de ses membres, bien plus obscurs qu’auparavant. Quant au visage de Peyton, abimé au point de laisser paraitre ses dents sans lèvres, son menton osseux, de la chair brûlée, et un morceau livide comme la mort, il expose aussi la perte de l’humanité du héros, qui devient une figure d’horreur digne des monstres portés au cinéma par Universal dans les années 30 tels que Le Fantôme de l’Opéra. Raimi ne cesse d’ailleurs de citer Freaks (Tod Browning, 1932) et ses figures monstrueuses humiliées qui viendront inquiéter Peyton et sa récent bouleversement physique.

« J’avais l’idée d’un homme qui changerait de visage (…) J’ai donc écrit l’histoire d’un homme dont le visage était arraché par des criminels et qui prend différents visages pour prendre la place de membres du gang (…) et les infiltrer. Il démantèle la bande de l’intérieur de cette façon. »

– Sam Raimi –

Enfin Raimi travaille la chair blessée et aussi celle synthétique. Au début du film, Peyton, scientifique, cherche à créer une peau synthétique durable qui aiderait alors un grand nombre de victimes d’accidents, de maladies… Après son agression, Westlake cherche à atteindre son but pour deux autres raisons : il désire reconstruire son visage et ses mains notamment pour ne pas effrayer son love interest et connaitre une vie d’amour ; et il veut se venger de Durant et sa bande de voyous.

Darkman est un film de masques. Le long métrage cite consciemment / inconsciemment Fantômas et Mission: Impossible. En effet, notre héros utilisera la création de peau synthétique pour créer des masques et gants de ses ennemis afin de leur mettre sur le dos des actes impardonables dans leur milieu (qui les conduiront ainsi à la mort). Et, grâce à sa posture de double, Westlake va pouvoir s’insérer dans le gang pour mieux tromper chacun de ses membres.

Ci-dessous, la bande-annonce du film tout en chair, en os et héroïsme ténébreux.

Une réédition Blu-ray avec des supporters

Darkman est enfin arrivé en France dans une somptueuse édition Blu-ray : le Blu-ray du premier film accompagné de multiples bonus ; un deuxième contenant les deuxième et troisième volets ; un comic book inédit dans l’héxagone dans laquelle Ash (d’Evil Dead) et Darkman affrontent les fameux deadites, ennemis pour toujours du héros à la tronçonneuse ; et un dvd du film.

Cette sortie n’a pas eu lieu sans efforts, en effet, l’Atelier d’Images a dû organisé un crowdfunding (un financement participatif) sur kickstarter afin de réunir les fonds nécessaires à la création de cette édition « ultime ».

Bande-Annonce de l’édition ultime Darkman éditée par l’Atelier d’Images.

 Darkman

L’Édition Ultime

Signée L’Atelier d’Images

Sortie publique le 7 novembre 2017

Prix public indicatif : 49,99 euros

Plus d'articles
Le Hobbit : La Désolation de Smaug