Hommage à James Horner

Mort de James Horner: l’un des compositeurs majeurs d’Hollywood

Personne n’aurait pensé que le long-métrage La rage au ventre (Southpaw en VO) serait la toute dernière œuvre musicale du célèbre James Horner. Malheureusement, le compositeur nous a quitté en ce 22 juin 2015 à l’âge de 61 ans, laissant derrière lui une carrière florissante (plus de 150 musiques de film) mondialement reconnue et marqué par des partitions mémorables, voire intemporelles. La rédaction de Cineseries lui rend donc hommage en revenant sur son parcours et en vous présentant une liste sélective de ses plus grands titres.

Né le 14 août 1953, fils d’immigrés autrichiens et déjà un pied dans le cinéma, son père Harry étant chef décorateur et occasionnellement réalisateur et scénariste, James Horner montrait déjà son goût pour la musique en s’installant à un piano dès ses 5 ans. Une passion dont il décida d’en faire le métier, l’étudiant lors de ses jeunes années au Royal College of Music de Londres puis le lycée de Verdey Valley en Arizona. Un parcours qui lui permit d’obtenir par la suite un diplôme de premier cycle à l’Université de Californie du Sud mais également un master ainsi qu’un doctorat. Un CV pour le moins prestigieux avec lequel il put enseigner la théorie musicale l’Université de Californie à Los Angeles (l’UCLA) et proposer plusieurs compositions pour l’American Film Institute au cours des années 70.

Mais ce sont les années 80 qui vont véritablement le faire entrer dans le monde du cinéma. Plus précisément 1979 (le film sortira en 1980), où il est appelé par le producteur Roger Corman pour composé la musique des Mercenaires de l’espace. Une série B portant le statut de remake des Sept Mercenaires qui se présenta comme la toute première musique cinématographique de James Horner, ce dernier devenant un compositeur de grande ampleur en 1982 après avoir travaillé sur Star Trek II : la Colère de Khan. Dès lors, Horner va collaborer avec des réalisateurs de grandes renommées, notamment James Cameron (Aliens : le Retour, Titanic, Avatar), Ron Howard (Cocoon, Willow, Apollo 13, Un homme d’exception), Edward Zwick (Glory, Légendes d’Automne), Mel Gibson (Braveheart, Apocalypto) et Jean-Jacques Annaud (Le Nom de la Rose, Stalingrad, Or Noir, Le dernier loup). Son travail sera également connu dans le domaine de l’animation pour avoir accompagné les films d’Universal Studios produit par Steven Spielberg (la franchise Fievel, Le Petit Dinosaure et la Vallée des Merveilles, Les Quatre Dinosaures et le Cirque Magique, Balto).

Dès ses débuts, James Horner était connu pour introduire des éléments musicaux électroniques dans ses partitions, bien avant que cela ne devienne une norme des compositions cinématographiques. Mais c’est surtout l’utilisation de chœurs et d’éléments de musique traditionnelles irlandaises qui feront sa renommée auprès des professionnels et du public. Le tout en s’inspirant de ses aînés (principalement John Williams, Jerry Goldsmith et Ennio Morricone) mais aussi de compositeurs dits classiques (Serge Prokofiev et Dmitri Chostakovitch), ce qui lui valut d’être accusé de plagiat par ses détracteurs. Cela ne l’empêcha pas d’être nominé à plusieurs reprises aux Oscars, Golden Globes et BAFTA pour certaines de ses œuvres.

Et il lui faudra attendre 1997 pour voir son travail récompensé par les gens du métier. Cette année-là, il triomphe aux Golden Globes et aux Oscars grâce à Titanic avec lequel il remporta les prix de la Meilleure musique mais aussi de la Meilleure chanson originale (My Heart Will Go On, interprétée par Céline Dion). La bande originale du film ne s’arrêtera d’ailleurs pas qu’à cette prestation, devenant en un rien de temps l’une des musiques cinématographiques les plus vendues de tous les temps (30 millions d’exemplaires à travers le monde) et restant 16 semaines en tête du top 200 des albums de Billboard.

Autre que la musique, James Horner avait également une autre passion : l’aviation. D’ailleurs, il était considéré comme un pilote expérimenté et cela lui arrivait souvent de devoir prendre le manche d’un avion privé. Comme ce fut le cas ce lundi 22 juin 2015. Mais sa réputation même ne put empêcher le crash aérien dont il fut la victime. Beaucoup l’attendaient sur les suites d’Avatar tandis qu’il travaillait déjà dessus, ses dernières compositions seront finalement The 33 et La rage au ventre. Le monde du cinéma vient de perdre l’un de ses plus grands compositeurs contemporains et pour cela, au lieu de faire une sorte de top 10 comme la plupart des médias, Cineseries vous offre un best-of de ses œuvres les plus cultes.

Star Trek II : la Colère de Khan

Le Petit Dinosaure et la Vallée des Merveilles

Légendes d’Automne

Apollo 13

Un homme d’exception

R.I.P. James Horner…

Plus d'articles
Le-cinema-de-Michael-Cimino-critique-livre
Décrypter « Le Cinéma de Michael Cimino »