Festival de Télévision de Monte-Carlo : Content & Multiscreen Experience

Chronique du Festival de Télévision de Monte-Carlo, 17 juin 2015 : Conférence Content & Multiscreen Experience

La cinquième journée du Festival de Télévision de Monte-Carlo proposait plusieurs événements pour satisfaire les professionnels, les amateurs de séries, ou encore les fans inconditionnels des célébrités présentes au festival.
Pour les entreprises, une deuxième journée de « Content & Multiscreen Experience » a été organisée pour élargir leurs réseaux, et obtenir des nouvelles informations sur l’industrie de la télévision. Ainsi, un programme pour les nouveaux médias, développement, production et distribution ont été présentés à cette audience captivée et attentive aux nouvelles tendances du marché. Les journalistes ont notamment compris que ce secteur est en plein essor, et que cette tendance risque de se prolonger sur le moyen-long terme.
Par ailleurs, une deuxième conférence a eu lieu pour clôturer ce « Content » orchestrée par Jens Richter, CEO de FremantleMedia International. Cette entreprise s’occupe majoritairement de trouver des stratégies pertinentes, et qui sont adaptées à ses clients, pour la promotion des shows télévisés, pour pouvoir planifier les diffusions d’une chaîne de télévision à un moment précis, ou encore pour cibler un certain type de marché.
Ces deux conférences ont permis de développer de manière plus précise le rôle des NTIC (Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication) de nos jours. Comment impactent-elles notre quotidien ? Dans quelle mesure peuvent-elles être utilisées dans un milieu professionnel ?

Pour les amateurs de séries, une dernière avant première était prévue par les organisateurs pour clôturer les diffusions avant la cérémonie de fermeture. Ainsi, la série policière choisie ; Jordskott, produite par Henrik Bjorn un réalisateur suédois, a eu la chance de pouvoir être présentée à une audience internationale. Cette œuvre scandinave résume l’histoire d’une mère inspectrice, qui n’arrive pas à surmonter son chagrin après la disparition de sa famille sept ans auparavant. Les hypothèses sur les causes de ces absences sont multiples ; noyade, enlèvement, ou encore un possible lien avec la disparition d’un garçon au cours de la même période. Après avoir menée son enquête, elle découvre que des forces plus souterraines sont à l’origine de plusieurs problèmes.

jordskott-festival-monte-carlo

Concernant la diffusion de l’avant première, l’œuvre est très classique voire standardisée. De ce fait, il est assez compliqué de porter un jugement préétabli. On peut dire globalement que l’entrée en matière est prometteuse, notamment avec un casting de qualité, et une histoire prenante. Cependant, on ne peut pas assurer que sur le long terme cette série ne finisse par s’user.
Par ailleurs, les fans inconditionnels ont paru être très satisfaits aujourd’hui, notamment avec la présence de la splendide actrice principale de Vampire Diaries, Candice Accola, surnommée « Caroline » dans la série. Elle s’est notamment prêtée à une conférence de quinze minutes pour répondre aux diverses interrogations de ses fans. Au cours de cette interview les journalistes ont clairement reconnu l’actrice plutôt que la femme en elle-même. Au cours de cette interview, les journalistes ont clairement reconnu l’actrice plutôt que la femme détachée de son rôle d’actrice. On avait l’impression d’être totalement plongé dans l’atmosphère de la série, comme si elle tournait une séquence bonus dédié à son personnage.
. Les discussions ne poussaient pas Candice à aller au-delà de ce statut, avec parfois des questions outrageusement limitées, à l’image de cette petite perle : « Caroline, vous préférez faire l’amour avec un Androïde ou un Vampire ? ». On pouvait discerner également une actrice totalement accomplie et fière de ses prestations, du gain en maturité de part ces expériences, et totalement immergée dans son personnage. Elle a également véhiculé une certaine prestance dans ses différents passages au festival, bien qu’elle semblait un peu moins connectée à son public, et surjouait sans doute un peu trop sa bulle d’actrice.

Cet écrit n’est que le simple constat d’une journée véritablement réussie, puisque le festival est parvenu à satisfaire les besoins du public. Le tapis rouge est apparût beaucoup plus calme que les quatre premiers jours, à croire que l’organisation réserve une cérémonie de clôture mémorable ?

Auteur : Adrien lavrat

Plus d'articles
la-califfa-alberto-bevilacqua-ugo-tognazzi-romy-schneider-1970
La Califfa : la drôle d’expérience transalpine de Romy