O-brother-Critique-Film-Coen

Rétro Coen : O’Brother – Critique du film

Critique du film O’Brother

Synopsis : Dans le Mississipi, à l’époque de la Grande Dépression, trois prisonniers s’échappent de prison. À leur tête, le gentil et beau-parleur Ulysses est entouré du simple d’esprit et optimiste Delmar et du râleur et sanguin Pete. Ulysses a convaincu ses compagnons auxquels il était enchaîné de s’évader pour retrouver le magot d’un braquage de banque s’élevant à un million deux cents mille dollars. Ils se lancent alors dans un long périple à travers l’État du Mississippi, traqués par le shérif Cooley.

Les frères Coen s’essaient au genre du road movie avec O’Brother, comédie loufoque sur trois losers à la recherche d’un magot imaginaire. Bien plus qu’un film comique, les deux réalisateurs proposent ici une adaptation moderne de deux classiques de la littérature : si la référence à L’Odyssée d’Homère est pleinement assumée, on devine à travers le nom du personnage principal, Ulysses, l’hommage au chef-d’œuvre éponyme de James Joyce. D’apparence simple, O’Brother multiplie donc les couches de lecture et chaque nouveau personnage annonce une nouvelle étape de l’odyssée des trois prisonniers.

Une réinvention de la mythologie grecque

« C’est sans doute la version de L’Odyssée d’Homère la plus pourrie qui ait jamais été proposée. Elle est fondée sur tout ce que la culture populaire recrache de cette histoire et que nous avons assimilée à notre façon », confiaient les frères Coen au magazine Les Inrockuptibles en 2010, date de sortie du film. En réalité, O’Brother est loin d’être une version « ratée » du classique de la littérature : il s’agit au contraire d’une réécriture moderne et décalée d’un récit épique et ultra-sérieux. L’Odyssée pour les nuls en quelque sorte, mais agrémentée d’une bonne dose d’humour.

O’Brother raconte le voyage initiatique de trois prisonniers qui, las de casser des pierres sur le bord de la route, s’enfuient dans les terres arrides et hostiles du Mississipi. Le problème, c’est qu’ils sont enchaînés les uns aux autres, donc contraints de rester ensemble. L’analogie avec L’Odyssée homerienne est lancée dès la scène d’ouverture : ces prisonniers qui font penser aux Daltons des Lucky Luke sont en fait des galériens qui tapent sur la pierre comme ils rameraient en mer, aidés par le rythme des chants et les fouets de leurs geôliers. Seulement, loin de l’Antiquité et autres guerres de Troie, nos trois évadés tentent de survivre dans le Mississipi profond des années 1930.

Du coup, le film se fait l’adaptation moderne d’une épopée antique. Un pari osé et potentiellement dangereux que les frères Coen manient avec brio et justesse, créant un film hybride aux multiples inspirations, du western au fantastique en passant par la comédie musicale. Dans leur périple, les trois compagnons croiseront la route du cyclope, des venimeuses sirènes, Ulysses voudra reconquérir sa Penny – Pénélope – (Holly Hunter) qui a déjà trouvé un nouveau prétendant. Ces figures mythologiques sont ici ressuscitées à la sauce Coen : Ulysses Everett McGill (George Clooney), chef de la bande, est sans conteste le plus charismatique des trois. À l’image du héros grec, il est beau, rusé et fort tandis que ses compagnons de voyage sont faiblards et pas très futés. Il fait croire à ses co-détenus qu’un énorme trésor est à la clé, avant de leur avouer que ce dernier n’a jamais existé : l’objectif d’Ulysses, comme dans L’Odyssée, et de retrouver son foyer, sa femme et ses enfants.

La route est semée d’embûches pour notre trio loufoque : John Goodman dans la peau d’un prospecteur borgne incarne la terrifiante figure de Polyphème, le cyclope, les sirènes se métamorphosent en laveuses dénudées, aux chants ensorceleurs. Ils ne sont pas encore arrivés à Ithaque, nos trois galériens…

O’Brother, c’est le huitième film des frères Coen et la première collaboration avec George Clooney. Deux ans après The Big Lebowski, les deux acolytes continuent à creuser le genre parodique et affichent leur attachement au mélange des genres et des tons. Ici, ils font se rencontrer la culture du Deep South américain et l’épopée homérique, apportant une nécessaire liberté adaptation : l’arme d’Ulysses n’est plus sa force hors norme mais sa voix, grâce à laquelle il regagne le cœur de sa belle. Bref, O’Brother est un conte ensoleillé et offre une B.O. absolument addictive – à l’image du tube Constant Sorrow des Soggy Bottom Boys (Les Culs Trempés).

O’Brother : bande-annonce

O’Brother : Fiche Technique

Date de sortie : 30/08/2000
Titre original O Brother, where art thou ?
Réalisé par  Joel Coen
Avec : George Clooney, John Turturro, Tim Blake Nelson, John Goodman, Holly Hunter, Chris Thomas King, Charles Durning, Michael Badalucco, Wayne Duvall, Ray McKinnon, Daniel von Bargen, Stephen Root, Frank Collison, Ed Gale, Royce D. Applegate
Genre : Comédie , Aventures , Musical
Nationalité États-Unis, Royaume-Uni, France

Plus d'articles
le-vieux-fusil-film-robert-enrico-philippe-noiret-romy-schneider-critique
Le Vieux Fusil : la lumière et la grâce de Romy Schneider