strange-magic-film-critique

Strange Magic, un film de Gary Rydstrom : critique

[Critique] Strange Magic

Synopsis : deux royaumes vivent côte à côte et dans la méfiance réciproque. D’un côté, le Royaume des fées qui prépare le mariage de la princesse Marianne, de l’autre côté la Sombre Forêt, que ‘on dit peuplée de monstres hideux et dangereux.

Songe d’une nuit d’été

L’histoire est banale. Vaguement inspirée du Songe d’une nuit d’été (le titre québécois ne s’y trompe pas : Magie d’une nuit d’été), le film propose la réconciliation entre deux mondes apparemment ennemis, avec le message selon lequel il ne faut pas se fier aux apparences ni aux haines traditionnelles parfaitement idiotes. Soit.
Mais, pour ceux qui n’en étaient pas déjà convaincus, Gary Rydstrom nous rappelle que l’important n’est pas l’histoire elle-même mais la façon de la raconter. Sortie dans une certaine confidentialité, Magic Strange est un très beau film d’animation qui mérite d’être beaucoup plus connu et partagé.

D’abord, il y a une extraordinaire maîtrise technique qui entraîne une véritable splendeur visuelle. Les décors sont magnifiques, l’animation est une grande réussite, l’ensemble est un enchantement pour les yeux.

Régal des yeux et des oreilles
Mais la grande originalité du film est sa bande originale. Les chansons du film ne sont pas des créations originales, ce sont des reprises de classiques du rock, de la soul, voire même du reggae. De Can’t help falling in love, d’Elvis, à Three little birds, de Bob Marley, en passant par I Can’t help myself des Supremes, les morceaux, repris par les acteurs du doublage original (Evan Rachel Wood ou Alan Cumming, entre autres) s’intègrent aux dialogues et donnent au film une vivacité, une énergie et un rythme qui tiennent en haleine.
A cela s’ajoutent un art du montage et de la chorégraphie qui n’est pas sans rappeler le travail de Busby Berkeley dans les années 30. Tout cela est très lié à la personnalité du cinéaste, Gary Rydstrom, ingénieur du son de plusieurs films de Spielberg (Jurassic Park, Cheval de Guerre, Minority Report, Lincoln) et de James Cameron (Terminator 2, Titanic), ainsi que de films d’animations (Monstres et Cie, Le Monde de Némo, Rebelle). Sa première réalisation fut un court-métrage de Pixar, Extra-Terrien, où il faisait déjà preuve des qualités que l’on retrouve ici : maîtrise technique, originalité par rapport à un sujet simple, et humour.
Car Strange Magic est un film très drôle. Peuplé de personnages secondaires parfois hilarants (y compris des champignons pratiquant le téléphone arabe), le film constitue un très bon divertissement pouvant satisfaire aussi bien les plus jeunes que leurs parents.

Strange Magic >> Bande-annonce

Strange Magic : Fiche Technique

Date de sortie : 25 février 2015
Nationalité : USA
Réalisation : Gary Rydstrom
Scénario : Irene Mecchi, Gary Rydstrom
Interprétation : Evan Rachel Wood (Marianne), Alan Cumming (Bog), Elijah Kelley (Sunny), Sam Palladio (Roland), Meredith Anne Bull (Dawn), Alfred Molina (Roi des fées), Peter Stormare (Thang).
Musique : Marius De Vries
Montage : Chris Plummer, John Damien Ryan
Production : Mark Miller
Sociétés de production : Lucasfilm, Touchstone Pictures
Société de distribution : Walt Disney Studios Motion Pictures
Budget : NR
Genre : Animation
Durée : 99’

Rédacteur LeMagduCiné
Plus d'articles
les-choses-qu-on-dit-emmanuel-mouret-film-critique-niels-schneider-camelia-jordana-
Les Choses qu’on dit, les Choses qu’on fait : Emmanuel Mouret au top de son art