Critique : Insidious : Chapitre 2 de James Wan

insidious-chapitre2-film-critique

Insidious : Chapitre 2, Entrer dans la boîte à maléfices

Le réalisateur James Wan revient avec Insidious : Chapitre 2, alors que dans les salles de cinéma sont encore sous l’effet de l’excellent « Conjuring : les dossiers Warren », qui a fait un carton planétaire. James Wan est un maître très influencé par le cinéma d’horreur japonais où la musique participe à faire grimper la terreur chez le spectateur.

Dans la continuité du premier volet, Insidious : Chapitre 2 fait penser à cette boite à maléfices d’où s’échappent des entités malveillantes, un peu comme dans ceux que l’on voir dans lesfêtes foraines et certains cirques offrant des spectacles de créatures venant de l’au-delà dans un décor lugubre et glacial.

insidious-chapitre-2-esprits-lugubresInsidious : Chapitre 2 est le prolongement du premier volet, l’histoire continue là où elle s’est arrêtée, le même univers glauque, les mêmes personnages, et à la façon Halloween 2 de Rick Rosenthal, on plonge direct dans la séquelle. Certes la mythologie est la même tout en devenant plus effrayante, plus compliquée, puisqu’elle introduit une histoire de serial-killer, de possession, la projection astrale et de voyage dans le temps, plus exactement 25 ans en arrière au moment des événements à l’origine du mal qui hante la famille Lambert. Notons aussi qu’Insidious 2 contient aussi des pointes d’humours, ce qui n’était pas le cas pour le premier.

Cette atmosphère macabre, sombre se construit autour de la maison elle même hantée et du décor à l’intérieur avec ses objets, les poupées deviennent malveillantes, les appareils à photos, la penderie, le babyphone sont une menace et dans ce chapitre et nous avons même droit à des dés surnaturels avec lesquels Carl, le médium, communique avec les morts ainsi qu’à un trotteur pour bébé « possédé ».

L’univers surréaliste à la David Lynch d’« Insidious » où « l’expérience ressentie devant le film » tient le rôle clé à travers la création de mondes parallèles avec ce « Trou Noir » et la porte rouge conduisant vers « l’Autre Monde ».

Dans ce chapitre 2, Josh, le père (joué par Patrick Wilson) est possédée par un esprit malin faisant penser à la folie de Jack Torance dans Shining. James Wan et Leigh Whannell, le scénariste multiplie les clins d’œil recyclant images et autres leitmotiv du cinéma d’épouvante avec au programme scares finement dosés, creepy puppet, scène found footage dans un hôpital désaffecté et Michelle, ce fantôme au look inspiré par les stars des années 30.

Nous avons là d’ailleurs l’explication sur les origines de la « Mariée en Noir », personnage d’une beauté effrayante, dans le style de film (Qu’est-il arrivé à Baby Jane ?) à l’aide d’une séquence en forme de prequel en hommage aussi à « Psychose »

Au final Insidious : Chapitre 2 remplit pleinement son contrat surprendre et terroriser, faisant ainsi subir aux spectateurs, des émotions lié au genre horrifique. On retrouve l’univers familier de James Wan avec ses coloris de gris clairs, de rouge sang, les effets de lumière et cette musique flippante. Il est à noter d’ailleurs que Joseph Bishara est à l’origine aussi pour cet opus de cette musique stressante avec ses coups de pianos et de violons.

Pendant ce temps un Insidious 3 est déjà en préparation mais on ne sait pas qui sera le réalisateur car James Wan l’a promis, juré, Insidious : Chapitre 2 sera son dernier film d’horreur, désormais la page est tournée, il est aux commandes du prochain Fast & Furious 7.

Insidious : Chapitre 2 – Bande-annonce

Synopsis : Après Insidious (2011), James Wan nous invite au second Chapitre. Après tout ce qu’elle a affronté, la famille Lambert s’efforce de reprendre une vie normale, mais le monde des esprits semble en avoir décidé autrement.
Josh et Renai vont tenter de découvrir le secret qui les relie au terrifiant monde des esprits.

Fiche technique : Insidious, Chapter 2

Réalisateur : James Wan
Casting : Patrick Wilson (Josh), Rose Byrne (Renai), Barbara Hershey (Lorraine), Leigh Whannell (Specks), Angus Sampson (Tucker), Lin Shaye (Elise), Ty Simpkins (Dalton), Steve Coulter (Carl)…
Date de sortie : 02 octobre en 2013
Genre : Fantastique, Épouvante, Horreur
Nationalité : USA
Durée : 1h45
Distributeur : Sony Pictures Releasing France
Format de tournage : 35 MM

Plus d'articles
it-must-be-heaven-elia-suleiman-film-critique-gael-garcia-bernal-elia-suleiman
It must be Heaven de Elia Suleiman : la comédie du désespoir