Barbecue : une comédie à la saveur mi-sucrée, mi-acidulée

Synopsis : Pour ses 50 ans, Antoine a reçu un cadeau original : un infarctus. A partir de maintenant, il va devoir « faire attention ». Or, Antoine a passé sa vie entière à faire attention : attention à sa santé, à ce qu’il mangeait, attention à sa famille, à accepter les travers de ses amis, et à avaler de trop nombreuses couleuvres… Désormais, il va adopter un nouveau régime. Mais en voulant changer sa vie, on change forcément celle des autres… 

Eric Lavaine réalise son cinquième long métrage, après Poltergay, Incognito, Protéger et Servir et Bienvenue à bord, le réalisateur revient avec un film lorgnant du côté  de Le Cœur des Hommes de Marc Esposito et Les petits mouchoirs de Guillaume Canet avec une pléiade de personnages en pleine interrogation sur le chemin que leurs vies devraient prendre…

Barbecue est une comédie douce-amère avec des remises en questions, des bilans, et cela commence avec l’attaque cardiaque du personnage de Lambert Wilson (Antoine) qui, à l’aube de ses 50 ans, décide de changer de comportements et de vivre pleinement une existence jusqu’à présent bien trop lisse…

Et quoi de mieux qu’un Barbecue pour commencer cette nouvelle vie avec sa bande d’amis qu’il connait depuis 20 ans dans la région des Cévennes pour des vacances? Mais avoir une bande d’amis que l’on connait depuis tant d’années, c’est aussi des prises de tête, des secrets, des jalousies mais aussi de franches rigolades entre ce groupe d’amis.

Eric Lavaine réalise là une comédie intimiste, un tournant dans sa carrière, sur un univers de copains qui se voient depuis près de 20 ans. Pour interpréter cette bande d’amis, il fait appel à une brochette d’acteurs populaires composée principalement d’humoristes comme Florence Foresti, Jérôme Commandeur et Franck Dubosc, déjà présent dans ses deux films précédents, mais également des acteurs tels que Lambert Wilson, Guillaume De Tonquédec, Lionel Abelanski ou encore Sophie Duez.

Le récit, même s’il est parfois prévisible, joue de certains personnages un peu plus colorés, qui rehaussent un scénario souvent convenu. Bonne surprise, Frank Dubosc joue la sobriété dans le rôle de l’ex-mari jaloux d’une Florence Foresti qui, à l’inverse, fidèle à elle-même mais dont les répliques font d’elle le personnage le plus drôle du film. Il y a aussi Guillaume De Tonquédec (vu dans Le Prénom) qui incarne à merveille Yves, un gars agaçant qui adore faire des blagues. Dans l’ensemble, les acteurs sont bons (surtout Lambert Wilson), certaines scènes sont plutôt cocasses comme celle du « Château Pétrus » et les paysages juste magnifiques.

Bien sûr on est dans la parodie de caractères avec l’ex-femme chiante, le beauf toujours heureux, le séducteur en pleine crise, le dépressif largué, mais cela reste léger, frais un film sans prise de tête.

Une comédie française rafraîchissante à la saveur mi-sucrée mi-acidulée parfaitement mise en scène où la plupart des répliques mordantes font mouches avec des pistes de réflexions sur le couple, les amitiés, la vie, ses bonheurs et ses aléas. Barbecue est typiquement le genre de film qui s’engage à donner le sourire. Un Feel good movie, à voir entre potes…ou pas.

Barbecue : Bande-Annonce

Fiche technique : Barbecue

Réalisation : Eric Lavaine
Scénario : Eric Lavaine, Héctor Cabello Reyes
Interprétation : Lambert Wilson (Antoine), Florence Foresti (Olivia), Franck Dubosc (Baptiste), Guillaume de Tonquédec (Yves), Lionel Abelanski (Laurent), Sophie Duez (Véronique), Jérôme Commandeur (Jean-Michel), Lysiane Meis (Laure), Valérie Crouzet (Nathalie)…
Photographie : François Hernandez
Monteur : Vincent Zuffranieri
Budget : 10 M€
Production : Etienne Mallet, David Gauquié, Franck Elbase, Nicolas Lesage, Julien Deris
Distribution : StudioCanal
Durée : 98 minutes
Genre : Comédie
Sortie en salle : 30 avril 2014

France – 2014

Plus d'articles
a-history-of-violence-film-festival-lumiere
Festival Lumière 2020 : A History of Violence de David Cronenberg