American Bluff de David O.Russell : critique du film

American Bluff : Atmosphère surréaliste et cinéma bulle de champagne

Écrit par Eric Warren Chanteur et Russell, le film est un récit romancé du scandale Abscam, une opération d’infiltration mené par le FBI à la fin des années 70. Elle a abouti à un certain nombre d’arrestations de fonctionnaires accusés  de corruption, y compris plusieurs membres du Congrès et d’agents politiques de haut niveau.

Après « Fighter » et « Happiness Therapy », le réalisateur américain David O. Russell film l’Amérique des années seventies avec ses décors délicieusement kitsch, sa musique vintage et une galerie de personnages interlopes. Entre caricature et burlesque American Bluff est une histoire de corruption et de manipulation, sous influence (George Roy Hill, Scorsese (Les Affranchis et Casino), les frères Coen ou encore Paul Thomas Anderson « Boogie Nights » ou « Punch-drunk-love »).

Sur un mode burlesque, American Bluff – American Hustle  est avant tout un film au service des performances des acteurs, c’est un cinéma  bulle de champagne qui se concentre plutôt sur les personnages, un portrait de loosers pathétiques et magnifiques à la fois, une idée assez Cohenienne, ce regard jeté avec commisération et lucidité sur la nature humaine.

Des personnages désarticulés avec des fêlures, Bradley Cooper avec ses bouclettes et bigoudis, dans le rôle de l’agent du FBI DiMaso, souffre d’un complexe d’infériorité, Christian Bâle, méconnaissable en gras du bide et moumoute sur son crâne dégarni, dans le rôle de l’escroc Irving est à la croisée des chemins entre une vie d’arnaque et recommencer ailleurs autrement et les deux femmes Amy Adams (Sydney), Jennifer Lawrence (Rosalyn) sont tourmentées et amoureuses du même homme…Une valse de personnages névrosés surexploités par David O. Russell, au détriment du scénario et du rythme. Ce long-métrage de presque 2h20 est bien trop long, on s’ennuie presque pour un film nominé 10 fois aux oscars, un manque évident d’action et de rebondissement à part le twist final bien amené.

American Hustle fruste plus qu’il ne déçoit, ce n’est pas un échec total, il y a des moments de purs génie, mais là ou réside le problème est que le mélange des genres n’est pas en symbiose, on passe de la comédie au drame, au thriller, on dirait plusieurs courts métrages qui s’enchaînent sans osmose, même si la majorité des séquences prises à part sont exceptionnelles.

Néanmoins American Bluff de David O.Russell est un film à voir pour ses scènes sublimes, notamment celle de boîte de nuit, son humour et son casting taillé dans le diamant avec une petite apparition de Robert De Niro campant le rôle d’un tueur à gage dans un style très scorsesien de mafieux terrifiant.

Une comédie humaine virevoltante avec des personnages aussi déjantés les uns que les autres, des dialogues ciselés dans une ambiance très année seventies : casinos, décolletés plongeants, chemises à tarte à pelle, pantalons en pattes, postiches, brushing, bigoudis et bande son en parfaite harmonie avec son époque où on retrouve Sinatra, Tom Jones, Donna Summers « I feel love », les Bee Gees, Santana, Paul McCartney, Donna Summer, Elton John, David Bowie…Soulignons l’excellent travail réalisé par le musicien Danny Elfman et sa sélection de tubes Jazzy : Oscar Peterson et  Duke Ellington « Jeep’s Blues », de tubes de  Rock classique « Don’t Leave Me This Way » par Harold Melvin et the Blue Notes, « Dirty Work » par Steely Dan », « Long Black Road » par Jeff Lynne etc…

Synopsis : Entre fiction et réalité, American Bluff – American Hustle de David O.Russell nous plonge dans l’univers fascinant de l’un des plus extraordinaires scandales qui ait secoué l’Amérique dans les années 70. Un escroc particulièrement brillant, Irving Rosenfeld (Christian Bale) et sa belle complice, Sydney Prosser (Amy Adams) se retrouvent obligés par un agent du FBI, Richie DiMaso (Bradley Cooper) de nager dans les eaux troubles de la mafia et du pouvoir pour piéger un homme politique corrompu, Carmine Polito (Jeremy Renner). Mais l’imprévisible épouse d’Irving, Rosalyn (Jennifer Lawrence) pourrait bien elle aussi tirer les ficelles…

Fiche Technique : American Bluff

Titre originale : American Hustle

Réalisateur : David O. Russell
Casting : Christian Bale (Irving Rosenfeld), Bradley Cooper (DiMaso), Amy Adams (Sydney), Jennifer Lawrence (Rosalyn), Robert De Niro (Tellegio), Jeremy Renner (Carmine Polito), Michael Peña (Hernandez), Jack Huston (Musane), Alessandro Nivola (Amado), Saïd Taghmaoui (le faux Sheik)…
Scénaristes : Eric Warren Singer, David O. Russell
Genre : Comédie Dramatique, Thriller
Sortie au cinéma : 5 février 2014
Nationalité : USA
Durée du film : 2h17
Budget : 40 millions $
Monteur : Alan Baumgarten, Crispin Struthers, Jay Cassidy
Directeur de la photographie : Linus Sandgren
Musique : Danny Elfman
Costume : Michael Wilkinson
Producteurs : Charles Roven, Richard Suckle, Megan Ellison, Jonathan Gordon
Producteurs exécutifs : Matthew Budman, Bradley Cooper, Eric Warren Singer George Parra
Distributeur : Metropolitan FilmExport

 

Plus d'articles
Filmer-la-legende-critique-livre
« Filmer la légende » : l’Amérique vue à travers son cinéma