artistique-jargon-abecedaire
Sarah Anthony © Textes et illustrations tous droits réservés.

Pierres précieuses jumelles, architectures extravagantes et nostalgiques, autopublication et instrument oublié – l’abécédaire artistique n°13

Dernière mise à jour:

ABC… ART

L’Abécédaire Artistique

Cet abécédaire vous parlera de :

Art en général, peinture, arts graphiques, sculpture, gravure, littérature, poésie, musique, cinéma, Histoire, gastronomie, traditions, arts vivants, théâtre, opéra, philosophie, etc.

Rendez-vous un jeudi sur deux pour une chronique d’art illustrée où vous découvrirez 5 définitions artistiques issues de lettres de l’alphabet choisies aléatoirement.

C-r-duit-sarah-anthony

  • Corindon

corindon-sarah-anthony-reduit
catégorie : minéralogie, gemmologie, haute-joaillerie, nom masculin.

Le corindon nous transporte dans le monde miroitant des pierres précieuses. Si à première vue, il ne vous dit rien, sachez pourtant que le corindon désigne deux des pierres précieuses les plus connues, à savoir le rubis et le saphir, qui sont en fait la même pierre ! Diamant, émeraude, rubis, saphir… nous connaissons tous les quatre pierres précieuses, même si, techniquement parlant, il n’y en a que trois : diamant, émeraude et corindon.
En effet, la seule distinction existant entre saphir et rubis est celle de la couleur : rouge pour le rubis, bleu ou toutes les autres couleurs pour le saphir ! C’est ainsi qu’il existe aussi des saphirs verts (un saphir vert n’est, bien sûr, pas une émeraude, celle-ci n’étant pas un corindon mais un béryl), jaunes, bleus, oranges, même roses. Lorsqu’il prend une teinte rose pêche, il est appelé saphir de Padparascha et gagne en valeur. Dès lors que la couleur du corindon est rouge, il prend le nom de rubis, et, de grande taille, son prix peut dépasser celui du diamant. Ce n’est qu’en 1798 que Jacques Louis, comte de Bournon et spécialiste français, découvre que le rubis et le saphir constituent en fait le seul et unique corindon.

Le corindon, comme toutes les pierres précieuses, voit sa valeur dépendre de sa qualité : taille et poids (en carats), pureté, intensité de la couleur, forme et donc possibilité de découpe… Lorsqu’une pierre (saphir, rubis) n’a pas les qualités requises pour être qualifiée de gemme, on la dit ordinaire et elle sert alors pour le polissage ou la découpe, en tant qu’abrasif. Le corindon étant une pierre dure, le saphir et le rubis se révèlent plus durs que l’émeraude, (mais moins que le diamant).

Alors que le mot corindon dérive d’un mot indien (hindi ou sanskrit) désignant une pierre dure (vraisemblablement le rubis), le mot rubis, lui, vient du latin rubeus (rouge) tandis que saphir viendrait de l’hébreu sappîr (bleu) ou sappher (graver).

F-r-duit-sarah-anthony

  • Folie

folie-sarah-anthony-reduit
catégorie : architecture, nom féminin.

La folie dont on parle ici ne décrit pas une quelconque anomalie mentale… ou alors uniquement si elle s’incarne dans la pierre. En architecture, une folie désigne tout simplement une dépendance ou une résidence secondaire grandiose, extravagante et surtout dispendieuse… Bref une « folie » au sens figuré, beaucoup d’argent pour des lieux secondaires.

Les folies, vous l’aurez compris, sont le propre des classes les plus fortunées de la population (noblesse et grande bourgeoisie). Comme son nom l’indique, la folie est souvent architecturalement audacieuse, mettant en avant la possibilité d’extravagance que peut se permettre son propriétaire, qui goûte à tous les plaisirs que ce monde a à offrir. La folie est à la campagne ce que l’hôtel particulier est à la ville, à l’exception près que située dans un parc, la folie peut se permettre une architecture plus voyante.

Les premières folies, d’inspiration palladienne, laissent place à une variété de styles. Elles font leur apparition dès la renaissance. Pourtant, c’est aux XVIIIème et XIXème siècles qu’elles connaissent leur âge d’or.
En France, de nombreuses folies sont visibles dans la région de Montpellier, tandis qu’à Marseille, la villa Palestine s’est parée d’une architecture néo-mauresque. A Paris, la « folie d’Artois » (le Chateau de Bagatelle) est une folie qui fut construite en cent jours par le comte d’Artois dans le cadre d’un pari avec sa belle-sœur, la reine Marie-Antoinette.

T-reduit-sarah-anthony

  • Tudor (et néo-Tudor)

tudor-sarah-anthony-reduit
catégorie : architecture, nom masculin.

Comme souvent en arts, le mot Tudor couvre plusieurs acceptions. Nom de famille de la royauté anglaise pendant plus d’un siècle, Tudor désigne également le style dérivé des codes esthétiques en vigueur pendant les différents règnes de la dynastie éponyme.

Ses caractéristiques : le colombage de bois sombre qui ornent les murs clairs, les toits pentus, les hautes cheminées ouvragées, les portes et les fenêtres en arcs. Bref, le style Tudor, c’est une plongée dans le XIVème siècle anglais…

Et puis est arrivé le style néo-Tudor, qu’on appelle en anglais (un peu moins respectueusement) le mock-Tudor. Apparu en Angleterre à partir des années 1800-1850, le néo-Tudor ou mock-Tudor, désigne les bâtisses bien postérieures à l’ère Tudor qui s’inspirent pourtant de ce style pour se donner un charme, une allure ancienne, une extravagance (qui ne serait pas sans nous rappeler la folie vue dans l’entrée précédente…). On parle aussi de style Tudor-béthain (pour Tudor et élisabéthain : style inspiré des codes esthétiques sous les règnes d’Henri VIII puis de sa fille Elisabeth Ière).
Au Royaume-Uni et dans les pays anglo-saxons, les maisons de style néo-Tudor ont la côte : on vit dans un mélange de paysannerie, d’ambiance vieille Angleterre rappelant le Blanche-Neige de Disney (1937) ou l’imaginaire de Robin des Bois, mais avec tout le confort moderne. Le style Tudor plaît aux amateurs de contes, à ceux qui aiment un mode de vie rappelant la campagne, avec une pointe de caractère gothique. On appelle tout simplement ces maisons des Tudors. La strip-teaseuse burlesque Dita von Teese, par exemple, vit en Californie dans un Tudor datant de 1927 !

V-reduit-sarah-anthony

  • Viole d’amour

viole-damour-sarah-anthony-reduit
catégorie : musique dont baroque, lutherie, nom féminin.

De loin, la viole d’amour ressemble à un gros violon. Elle fait d’ailleurs, comme lui, partie de la famille des cordes frottées.
En plus de ses possibilités musicales, la viole d’amour est aussi spéciale pour ses caractéristiques matérielles. Cet instrument rare est, en effet, reconnaissable à ses ouïes qui, contrairement à celles des violons, ne sont pas en forme de S mais de flammes. En plus de cela, sa tête est ouvragée : ornée d’une figure de femme aux yeux bandés (symbole du caractère aveugle de l’amour). Enfin, son chevillier (la partie où se situent les clés, retenant les cordes) est caractérisé par une grande taille : en effet, il accueille entre douze et quatorze cordes, pas moins (contre quatre pour un violon) ! Cependant, ces cordes ne sont pas toutes frottées par l’archet : seules cinq d’entre elles sont mélodiques, les cinq ou sept autres, dites sympathiques, raisonnent par transfert, lorsque les cordes mélodiques, sous lesquelles elles sont fixées, sont frottées.

La viole d’amour connaît un court essor au XVIIIème siècle, ce qui n’a rien de surprenant. Ce siècle est en effet marqué par la musique baroque, genre musical faisant la part belle aux orchestres essentiellement composé de cordes. Tombée dans l’oubli, elle est de nouveau considérée au XXème siècle, mais demeure un instrument peu connu du grand public.

Z-reduit-sarah-anthony

  • Zine

zine-sarah-anthony-reduit
catégorie : arts visuels, écriture, édition, nom masculin, abréviation de magazine.

Si le contenu du zine peut être très varié, sa forme est souvent la même : un zine désigne une œuvre auto-publiée par un créateur ou un groupe de créateurs. Elle peut contenir divers textes, poèmes, articles, mais aussi des photos, des reproductions de dessins ou de peintures, etc. Le zine est un magazine non officiel, qui ne fait pas l’objet d’une édition professionnelle mais qui a tout de même pour vocation de transmettre le message ou le travail d’un artiste. En général plutôt artisanal, le zine est souvent photocopié, bien qu’il puisse être réalisé chez un imprimeur. Par exemple, les journaux de lycée sont des zines.

Initialement, les zines nous sont venus des fans de science-fiction, qui, dès les années trente, publient des zines. Par la suite, les zines sont appréciés par les mouvements marginaux ou contestataires tels que les mouvements rock, punk ou anarchiste. A l’heure du DIY (Do It Yourself) et du scrapbooking, mais aussi des réseaux sociaux permettant aux artistes de diffuser et vendre leur travail seuls via internet, les zines reviennent à la mode.

Rendez-vous dans deux semaines pour 5 nouvelles définitions artistiques. Pour vous proposer un contenu toujours aussi passionnant, l’Abécédaire Artistique est mis en ligne un jeudi sur deux.

© Tous droits réservés. Ce contenu est protégé par le code de la propriété intellectuelle, il est formellement interdit de le réutiliser sans mon autorisation. Il est interdit de copier, reprendre ou s’inspirer de l’Abécédaire Artistique sans mon accord sous peine de poursuites judiciaires.