Brel-une-vie-a-mille-temps-critique-bd

« Brel, une vie à mille temps » : de Bruxelles à Paris

Salva Rubio et Sagar consacrent une bande dessinée biographique en trois tomes à Jacques Brel. Le premier d’entre eux narre son intégration difficile dans le milieu musical, ses relations amoureuses instables et un déracinement plus douloureux que prévu.

« Un petit Belge élevé dans le respect de Dieu, du Roi, de la patrie, de la famille. » C’est en ces termes que Jacques Brel apparaît dans le premier tome d’un triptyque à tout le moins prometteur. Issu d’un milieu conservateur, le jeune Brel ne trouve pas sa place à l’école et rejoint tôt la cartonnerie familiale. Il épouse Miche, répond aux doléances des clients, prend leurs commandes, se fond dans la masse. Mais la routine l’use, lui qui rêve de vivre des expériences hors du commun. Là se trouve sans doute la première leçon de Brel, une vie à mille temps : constitué de l’étoffe des artistes bohèmes, Jacques Brel n’aurait jamais pu s’épanouir dans une existence ordinaire et réglée comme du papier à musique. Là où certains ne voient que cocon et confort, il ressent du désarroi, voire de la souffrance.

L’Olympia. C’est l’objectif qu’il se fixe en arrivant à Paris pour percer dans la chanson. C’est aussi là qu’on le retrouve en fin d’album, sans pour autant que cela sonne comme un aboutissement. Entre ces deux moments-clés, le cheminement fut long, complexe, parfois même désespéré. Dans des planches superbes, hachurées et aux couleurs désaturées, Salva Rubio et Sagar racontent la vie au jour le jour d’un artiste belge encore inconnu, peinant à se produire sur scène, soumis au regard critique ou moqueur du public et pressé par le temps. Soutenu de manière indéfectible par Miche, ce désormais père de famille ne survit que grâce à l’aide financière apportée par ses parents, qui lui ont toutefois fixé un ultimatum : il a douze mois pour se faire un nom à Paris, après quoi il devra reprendre sa place dans la cartonnerie familiale.

Brel, une vie à mille temps s’appuie en parallèle sur un autre aspect de la vie de l’artiste belge. Jacques Brel s’initie véritablement aux femmes en quittant Bruxelles. Il entame des relations adultères avec Catherine Sauvage et Suzanne Gabriello. Son statut de chanteur relègue sa timidité naturelle au second plan et le rend séduisant aux yeux des femmes. Ainsi, le déracinement désiré produit des effets multidimensionnels : il éloigne Brel de ses parents, il l’inscrit en rupture avec la vie familiale classique, il le conduit à adopter des comportements qu’il n’aurait jamais eus auparavant… Le processus psychologique enclenché se vérifie sur le plan graphique : lorsqu’il retrouve Miche après sa première relation extraconjugale, Brel apparaît pourvu de repères brouillés, se matérialisant par des vignettes aux lignes distordues.

Parce qu’il est essentiellement question de l’implantation de Jacques Brel sur la scène artistique parisienne, l’album ne fait évidemment pas l’économie de plusieurs personnages-clés dans le parcours du chanteur et compositeur belge. Le « guide spirituel » Hector Bruyndonckx, l’agent influent Jacques Canetti, l’ami facétieux Georges Brassens, la chanteuse Juliette Gréco ou l’indéfectible compagnon « Jojo » apparaissent tous en bonne place. Chacun à leur manière, ils éclairent les différentes étapes par lesquelles Jacques Brel est passé avant d’inscrire son nom en haut des affiches musicales. De l’initiation aux arts de la scène à l’enregistrement de premiers albums très modestement vendus jusqu’à la participation à un concert à l’Olympia, le chanteur bruxellois a été porteur d’une série d’affects qui, comme le clament clairement ses interlocuteurs, vont bientôt nourrir sa musique : espoir et désespoir, amour et déception, échec et succès, dénuement et hauts-lieux… Tout ça, Salva Rubio et Sagar en font état avec grand talent.

Brel, une vie à mille temps, Salva Rubio et Sagar
Glénat, novembre 2021, 64 pages

Note des lecteurs0 Note
4.5

Responsable des pages Littérature, Essais & Bandes dessinées et des actualités DVD/bluray