Live by Night, le dernier Ben Affleck débarque en DVD et Blu-ray

Sortie en DVD et Blu-ray ce mercredi 24 mai 2017 du film Live by Night, de Ben Affleck. Adaptation du roman éponyme de Dennis Lehane, le long métrage suit le parcours tumultueux d’un homme en quête de paix dans l’univers violent de la Mafia, et face aux bouleversements et ténèbres des États-Unis des années 20.

Synopsis : Boston, dans les années 20. Malgré la Prohibition, l’alcool coule à flot dans les bars clandestins tenus par la mafia et il suffit d’un peu d’ambition et d’audace pour se faire une place au soleil. Fils du chef de la police de Boston, Joe Coughlin a rejeté depuis longtemps l’éducation très stricte de son père pour mener une vie de criminel. Pourtant, même chez les voyous, il existe un code d’honneur que Joe n’hésite pas à bafouer : il se met à dos un puissant caïd en lui volant son argent et sa petite amie. Sa liaison passionnelle ne tarde pas à provoquer le chaos. Entre vengeance, trahisons et ambitions contrariées, Joe quittera Boston pour s’imposer au sein de la mafia de Tampa…

Ce mercredi 24 mai 2017 sort en DVD et Blu-ray chez Warner le dernier film de Ben Affleck, Live by Night, débarqué dans nos salles en janvier cette année. L’occasion de redécouvrir le beau long métrage d’Affleck, spectacle de gangster, mais aussi, à l’image des œuvres de Dennis Lehane adapté ici, un film sur l’Amérique.

D’après Dennis Lehane…

Adaptation du deuxième roman de la trilogie Coughlin de Dennis Lehane, Live by Night souffre probablement d’un manque de confiance d’Affleck en Affleck, dixit le critique et essayiste Guillaume Méral. Car les partis pris ne sont jamais pleinement assumés, jamais réellement pris donc. On pense à la voix-off, très présente dans la partie Bostonienne du film, un peu moins au début de celle en Floride. Et puis, elle vient, et va, de temps en temps. Pourquoi ce besoin de la voix-off ? Probablement pour unifier un récit très rapide dans son enchainement dramatique, du début du film jusqu’à l’arrivée en Floride. Et pourtant, Affleck n’en a pas besoin. Ni en tant que conteur, ni en tant qu’acteur. Le choix du réalisateur-scénariste s’avère être plus néfaste que bénéfique pour son œuvre. La voix-off s’avère être un commentaire surexplicitant les mouvements et enjeux déjà parfaitement captés et narrés par la réalisation et le montage d’Affleck. De quoi avait-il peur ? Que le public n’arrive pas à suivre ? Come on, Ben !

« Make America Great Again »

– slogan d’un lourdaud à la perruque facile aujourd’hui chef d’état

Le contexte du film d’Affleck, comme celui du roman, prend place dans les années 20 avec son grand nombre de bouleversements. Et force est de constater que ces échos du passé mis en scène par l’écrit et le cinéma nous renvoient à notre présent. Mais surtout, l’œuvre fait le portrait d’une Amérique emplie de vie et d’énergie, mais aussi figée dans des idéologies fumeuses et dangereuses. Un pays en mouvement politiquement, à l’image des familles mafieuses de Boston. Les petites histoires côtoient la grande, parfois la fondent, d’autres fois la subissent (la prohibition). Le personnage d’Affleck, Joe Coughlin, n’a pas juste à subir la violence de son milieu. Le propos est bien plus large que le cercle mafieux. L’extrémisme religieux guidé des vêtements blancs, la corruption des responsables faisant bonne figure ou croyant dur comme fer à un code d’honneur, ou encore la réalité obscure de la machine à rêves hollywoodienne… Ou encore le premier grand amour de Joe et sa mort… Le film d’Affleck semble capter les illusions de l’Amérique, à grande et petite échelle, ainsi que ses violences, des dégénérés du Ku Klux Klan à la folie vengeresse d’un père endeuillé, en passant par un chef mafieux qui sait éperdument que son fils, un idiot fini, ne saura jamais porter son empire sur ses épaules dans la suite du siècle. Son héros lui, va apprendre rapidement à ne plus se faire d’illusions, même si, comme sa femme le lui fera remarquer, il se fera passer pour un autre qu’il n’est pas, un gangster. Joe va ainsi tout faire pour fuir ces illusions et son rôle dans ces tableaux. La paix, l’évidence, l’amour, la vie… La quête de Joe ne sera pas facile. Mais comme l’expose Ben Affleck dans sa réalisation (parfois de manière maladroite faute à une musique grandiloquente de Gregson-Williams), elle n’est en rien utopique, niaise, ni idiote. Ceux qui vivent la nuit (titre français du roman) est ainsi l’histoire d’un homme qui veut fuir cette nuit où les projections d’illusions, d’images euphoriques fusent et les puissances obscures errent; pour vivre dans le jour, dans et sous la lumière.

Bande-Annonce : Live by Night

Live by Night, un film de Ben Affleck – 2017 – Warner Bros.

Sortie en DVD et Blu-ray le mercredi 24 mai 2017.

En téléchargement définitif le 18 mai.

Bonus :
– Les homes de Live By Night
– L’auteur prolifique de Live By Night
– Les anges aux figures sales : les femmes de Live By Night

– Gros plan : comment réaliser une course-poursuite

– Scènes coupées

– Scènes coupées avec commentaire audio
– Commentaire audio du Réalisateur

[irp posts= »87651″ name= »Live by Night, un film de Ben Affleck : Critique »]

Plus d'articles
cahiers-baudelaire-critique-bd
Yslaire présente ses « Cahiers Baudelaire »