La-gloire-de-mon-pere-film-critique-Yves-Robert

Les films de l’été : La Gloire de mon père d’Yves Robert

Dernier mis à jour:

Tout le mois d’août, les rédacteurs de CinesSeriesMag vous font découvrir les meilleurs films de l’été. Aujourd’hui, nous nous rendons dans la Provence du début du vingtième siècle avec La Gloire de mon père d’Yves Robert.

Sortie en 1990, l’œuvre est l’adaptation du roman autobiographique de Marcel Pagnol.

Consacré par 4 nominations aux Césars, La Gloire de mon père est une véritable réussite tant par son admirable fidélité à l’ouvrage originel que par sa signature tout à fait singulière.

Il met en scène la famille du jeune Marcel Pagnol et leurs vacances dans le massif du Garlaban, sur les hauteurs de la ville d’Aubagne et alterne ainsi entre leurs dialogues diégétiques et la voix-off de Jean Pierre Darras qui nous livre le récit originel, les mots tels que Pagnol lui-même les a écrits à l’âge de 62 ans.

Un véritable journal intime cinématographique à la fois léger et profond, puissant et fragile, juste et maladroit, ponctué d’humour et de poésie. Un récit intérieur et personnel qui paradoxalement ne résonne jamais aussi fort que lorsqu’il est partagé à travers le cinéma.

Nombreuses sont les œuvres qui, en prenant de l’âge, perdent peu à peu leurs qualités. Alors qu’elles étaient parfois brillantes lors de leur sortie, le temps accomplit son travail et certaines disparaissent inéluctablement. Ainsi, si certains films vieillissent mal, d’autres au contraire parviennent à conserver toute leur justesse émotionnelle. La gloire de mon père, appartient à cette dernière catégorie. Malgré le poids des années, il n’a rien perdu de sa capacité à émouvoir.

La force de l’œuvre originelle et, par conséquent, de son adaptation cinématographique réside dans la simplicité de son récit. Elle repose sur l’illustration de jours heureux de vacances, sur l’insouciance de l’enfance et la quête de liberté et de reconnaissance. La réalisation d’Yves Robert s’accorde parfaitement à cela. On ne retrouve ni extravagances, ni mouvements de caméras particuliers, ni effets stylisés. Il filme simplement la beauté du paysage qui s’offre à nous. La lumière aveuglante et le chant des cigales incessant s’occupent du reste. Le jeune Marcel, sensible et innocent, tombe amoureux de la garrigue, et nous aussi.

Ce récit évanescent, qui semble hors du temps et de l’espace, nous emmène dans un cadre idyllique, et révèle la grandeur d’âme de l’auteur qui porte un regard nostalgique sur sa jeunesse et particulièrement ses rapports à la figure paternelle.

Les acteurs, tantôt gouailleurs, tantôt délicats, s’immiscent parfaitement dans les costumes de ce début de siècle et réussissent le pari de dépeindre une société tout entière à eux seuls. Par ailleurs, ils ne se résument pas à cela. En effet, chaque personnage, conçu tout en aspérités se révèle bien plus intéressant qu’il n’y paraît de prime abord. On découvre en eux des émotions qui nous ressemblent et surtout nous rassemblent tant elles semblent naturelles.

Enfin, pour couronner le tout, la musique du très célèbre compositeur Vladimir Cosma vient épouser l’ensemble pour ne le rendre que plus lumineux et  flamboyant. Il parvient avec simplement deux thèmes principaux et récurrents à exprimer la pure nostalgie avec une facilité déconcertante, et à décupler la force des émotions du film tout entier.

En résulte un long métrage qui capte parfaitement l’essence même de l’ouvrage autobiographique de Marcel Pagnol et qui sublime ce dernier en y ajoutant des éléments exceptionnels à l’instar de la musique, de la pureté des images, de l’accent des acteurs qui résonne à nos oreilles.

Une œuvre qui nous rendrait presque nostalgique, mais sans la moindre mélancolie, d’une époque que nous n’avons pourtant pas connue.

Un œuvre qui s’inscrit à jamais dans le patrimoine culturel d’une région symbolisée par le soleil et les vacances d’été.

Une œuvre qui marquera à jamais le cinéma français et qui continuera des années durant à bouleverser nos cœurs épris de sincérité et en quête de liberté.

La gloire de mon père : bande-annonce

La gloire de mon père : Fiche technique

Réalisateur : Yves Robert
Scénario : Yves Robert, Louis Nucéra et Jérôme Tonnerre d’après l’œuvre de Marcel Pagnol
Casting : Philippe Caubère, Nathalie Roussel, Julien Ciamaca, Victorien Delamare, Didier Pain, Jean-Pierre Darras : Voix du narrateur (Marcel Pagnol âgé)…
Directeur de la photographie : Robert Alazraki
Montage : Pierre Gillette
Décors : Jacques Dugied
Producteur : Alain Poiré
Musique : Vladimir Cosma
Genres : Comédie dramatique, Aventure
Durée : 1h 45min
Date de sortie : 29 août 1990

Nationalité : français

Auteur : Clement Faure