xXx-Reactivated-critique-film-D-J-Caruso

xXx Reactivated, un film de D.J Caruso : Critique

Non content d’avoir érigé en sommet de divertissement décérébré sa famille de Fast and Furious, Vin Diesel revient à la charge avec xXx Reactivated, sorte d’ersatz à peine digéré de James Bond coupé aux sports extrêmes et au Red Bull. Un joyeux foutoir qui ne vaut que pour la massive dose d’adrénaline et de fun distribuée au kilo par un baboulinet au sommet de son art. Jouissif !

I’ll be back

Avant d’être celui susurrant à qui veux bien l’entendre qu’il était le roi du bitume (Fast & Furious) celui qu’on appelle Mark Vincent à la ville avait un autre terrain de jeux bien à lui : les sports extrêmes. Dans xXx, Diesel, grimé en un sorte d’ex-taulard coupé aux anabolisants et à l’impertinence, jouait la compo classique de la kaira sauvant le monde juste pour le fun et qui n’en manquait pas une pour critiquer l’argumentation limite sénile de ces cols blancs pour qui le seul patriotisme méritait de se prendre une balle. 15 ans plus tard, même rengaine : Diesel, encore plus massif qu’avant, n’a pas perdu son cynisme et est toujours là pour l’Oncle Sam ; ce dernier ayant paumé un dispositif high-tech appelé « La Boite de Pandore » (pourquoi faire compliqué ?) qui transforme à la demande n’importe quel satellite en missile air-sol.

Fast & Furious 7.5  ou Suicide Squad 2, that is the question ?

Un élément bien sérieux comme il faut, qui sera heureusement le seul. Car Diesel, en homme d’affaire avisé (ici acteur, producteur, promoteur et scénariste) ne se garde jamais la couette pour lui et a conscience de ne pas réinventer le genre. Résultat, en plus d’adopter à fond son crédo de « la famille c’est la vie » et rameuter tout ses petits copains à la fête, le grand gaillard qu’il est ne s’impose aucune limite. On a donc droit à une double ration de taulards entre la tueuse d’élite lesbienne (Ruby Rose), le frappé du bulbe (Rory McCann), le DJ « Justin Bieber’s mode » (Kris Wu) et la geek au débit mitraillette (Nina Dobrev) ; tout ce petit monde étant réuni pour coincer la bande à Donnie Yen (charismatique au possible) qui veut s’arroger le contrôle de cette « arme » pour imposer leurs desiratas aux nations étrangères. Un curieux mélange qui rappelle fatalement l’accident de parcours de DC Comics de l’été dernier, Suicide Squad ; les deux films partageant ce bestiaire de trognes mal dégrossies, qui tentent chacunes leur tour d’exister en balançant les punchlines les plus old-school possible. Mais là ou DC imposait une bad-girl en plein exercice de gymnastique acrobatique, Vin Diesel s’assure un ramassis de taulards prêts à mourir pour le simple goût du risque et le petit hit West Coast qui va avec. Résultat, le film frise avec l’impertinence la plus crasse et la drôlerie la plus catatonique, jonglant constamment entre le rire forcé et celui qu’on ne peut contenir, comme devant cette poursuite à moto absolument délirante puisque à cheval entre le plancher des vaches et les remous d’une mer déchainée. Car autant y aller à fond dans le délire, non ? Une question de pure rhétorique qui a du faire son petit bout de chemin auprès de la team des scénaristes et des messieurs de l’action, car plus le film égrène les minutes et plus il envoie bouler la bienséance et la cohérence, comme le ferait Mohammed Ali sur le ring. Le clou revenant sans doute dans ce final, totalement en roue-libre, puisque voyant notre baboulinet national, fondre sur des ennemis en pleine apesanteur et toujours réussir à poser la punchline, qui outre de l’imposer eu taulier du cool, a le mérite de faire passer la violence hardcore du bidule. En fin de compte, si on fait le bilan, dans xXx, ça s’injure, ça repousse les lois de la gravité, les lois du cinéma parfois (les incohérences sont légions), ça atteint les sommets de la ringardise mais, à l’arrivée, ça touche son but : divertir sans se poser de question. Et on en demandait pas autant à un film qui arrive à caser le joueur de foot Neymar et Samuel L Jackson dedans. Loin de là…

Mélange de fun, non-sens et ode aux 80’s totalement azimuté, ce xXx Reactivated est de cette trempe de blockbuster, rare, à la fois conscient de sa propre bêtise et qui n’essaie jamais d’en limiter les effusions. Une démarche suicidaire qui fait pourtant de ce film très opportuniste et scandaleux, un monument de beauferie frappadingue et totalement jouissif.

[irp]

xXx Reactivated : Bande-Annonce

Synopsis : Xander Cage, sportif de l’extrême devenu agent d’élite, sort de l’exil qu’il s’était imposé, pour affronter le redoutable guerrier alpha Xiang et son équipe. Il entre dans une course impitoyable afin de récupérer une arme de destruction massive connue sous le nom de Boîte de Pandore. Recrutant une toute nouvelle équipe d’experts accros à l’adrénaline, Xander se retrouve au coeur d’une conspiration menaçant les gouvernements les plus puissants du monde.

xXx Reactivated : Fiche Technique

Titre français : xXx: Reactivated
Titre original : xXx: The Return of Xander Cage
Réalisation : D. J. Caruso
Scénario : Chad St. John et F. Scott Frazier, d’après les personnages créés par Rich Wilkes
Casting : Vin Diesel (Xander Cage), Donnie Yen (Xiang), Deepika Padukone (Serena Unger), Kris Wu (Nicks), Ruby Rose (Adele Wolff), Tony Jaa (Talon), Nina Dobrev (Rebecca « Becky » Clearidge), Rory McCann (Tennyson Torch), Toni Collette (Jane Marke), Samuel L. Jackson (Agent Augustus Gibbons)
Direction artistique : Jon Billington
Costumes : Kimberly A. Tillman
Photographie : Russell Carpenter
Musique : Brian Tyler
Production : Vin Diesel, Jeff Kirschenbaum, Neal H. Moritz, Joe Roth et Samantha Vincent2
Sociétés de production : Maple Cage Productions, Revolution Studios et Rox Productions
Société de distribution : Paramount Pictures
Langue originale : anglais
Genre : action
Dates de sortie  France : 18 janvier 2017  États-Unis : 20 janvier 2017

Etats-Unis – 2017

Rédacteur LeMagduCiné