Jacky au royaume des filles de Riad Sattouf : Critique du film

Jacky au royaume des filles de Riad Sattouf : Voiles et laisse

Quatre ans après le délicieux Les Beaux Gosses (César du Meilleur Premier Film), Riad Sattouf signe ici un piquant second long métrage, en nous plongeant dans le monde de l’une de ses séries dessinées où le personnage Pascal Brutal découvre que La Belgique est gouvernée par les femmes et les hommes portent une sorte de burqua.  A partir de cette histoire, le réalisateur imagine une dictature, un mixte entre Corée du Nord et royaume islamique, dans cette étrange république démocratique et populaire de Bubunne, les femmes ont le pouvoir et les hommes sont vêtus de voileries, une sorte d’abaya aux couleurs rouge et orange safran rappelant les kesas bouddhistes.

Jacky au royaume des filles renverse tous les codes, tous les stéréotypes jusqu’au vocabulaire, dans ce royaume c’est le féminin qui l’emporte. Les mots comme blasphème deviennent une (blasphèmerie), (une merde) un (merdin), une culotte un (culottin) etc…, la mise en place de ce vocabulaire participe à la domination de la gent masculine, au risque de déranger dans un cet univers les hommes portent des laisses comme des bijoux, et n’ont qu’un rêve, s’occuper des enfants et devenir un « Grand Couillon ».

Dans ce monde les femmes habillées à la Lady Oscar font la cour en fredonnant sous les fenêtres, posent les pieds sur la table pendant que les hommes sont aux fourneaux, elles dominent fièrement, une image dérangeante pour un monde habitué à autre une lecture des rôles.

Une comédie caustique, grinçante, où le rôle de la gentille Cendrillon maltraitée, mal-aimée est interprétée par un homme, et comme la Cendrillon des frères Grimm, Jacky ne se révolte pas contre sa condition, il n’a qu’un rêve lui aussi devenir le 3ème Grand Couillon de l’héritière du trône, la Colonnelle incarnée par Charlotte Gainsbourg. Jacky est une sorte de Cendrillon, il veut participer au Grand Bal, certain que la Colonnelle lui voue un amour réciproque et ne pourra qu’attraper la laisse qu’il n’oubliera pas d’agiter.

Jacky au royaume des filles est un ovni cinématographique, oscillant entre noirceur et burlesque, une comédie que l’on peut interpréter de différentes façons, certains diront que le cuir, le costume militaire ne fait que renforcer les valeurs masculines, alors que justement un homme peut porter d’une manière élégante, masculine une jupe comme l’a prouvé Jean Paul Gaultier, de même les femmes peuvent porter un vêtement style militaire sans être une caricature.

Une comédie subversive, transgressive qui n’a pas peur de choquer même si l’écriture n’est pas très travaillée et les gags répétitifs, Jacky au royaume des filles est à voir pour son univers décalé porté par une belle brochette d’acteurs.

Synopsis : L’histoire de Jacky au royaume des filles : En république démocratique et populaire de Bubunne, les femmes ont le pouvoir, commandent et font la guerre, et les hommes portent le voile et s’occupent de leur foyer. Parmi eux, Jacky, 20 ans, a le même fantasme inaccessible que tous les célibataires de son pays : épouser la Colonelle, fille de la dictatrice, et avoir plein de petites filles avec elle. Mais quand la Générale décide enfin d’organiser un grand bal pour trouver un mari à sa fille, les choses empirent pour Jacky : maltraité par sa belle-famille, il voit son rêve peu à peu lui échapper…

Fiche Technique : Titre original : Jacky au royaume des filles

Réalisation : Riad Sattouf
Casting : Vincent Lacoste : Jacky, Charlotte Gainsbourg : la Colonelle, Didier Bourdon : Brunu, Anémone : la Générale,Valérie Bonneton : la Chérife, Michel Hazanavicius : Julin, Noémie Lvovsky : Tata, Laure Marsac : la mère de Jacky, William Lebghil : Vergio, Anthony Sonigo : Juto, India Hair : Corune, Béatrice de Staël : l’épicière, Fred Neidhardt : Franku, Anamaria Vartolomei : Zonia, Riad Sattouf : Mit Kronk, Valeria Golino : Bradi Vune (caméo)..
Genre : Comédie
Sortie en salles : le 29 janvier 2014
Durée : 1h30.
Production : Anne-Dominique Toussaint.
Photo : Josée Deshaies.
Montage : Virginie Bruant.
Musique : Riad Sattouf.
Costumes : Olivier Ligen.
Décors : Alain Guffroy.
Distributeur : Pathé Distribution

 

Plus d'articles
la-jetee-marker-apocalypse-critique
La Jetée de Chris Marker : l’apocalypse du souvenir