Critique Sex Tape

Synopsis: Jay et Annie s’aiment, mais dix ans de mariage et deux enfants ont un peu érodé leur passion. Pour ranimer la flamme, ils décident de filmer leurs ébats lors d’une séance épique. L’idée semble bonne… jusqu’à ce qu’ils s’aperçoivent que la vidéo a été envoyée par erreur à tout leur entourage, familial et professionnel ! Pris de panique, ils sont prêts à tout pour faire disparaître le film à scandale chez chacun des destinataires. Ils jouent leur réputation, leur carrière, leur mariage et leur santé mentale…

One night in Cameron

Publicité et cinéma ont toujours fait bon ménage. Le placement de produit est un moyen pour une marque de se montrer, tandis que certains films n’hésitent pas à vendre leur image pour augmenter la visibilité d’un produit. Si certains n’hésitent pas à en abuser (Michael Bay et ses Transformers en est un excellent exemple), un nouveau phénomène plus inquiétant encore est en train d’émerger. Certaines campagnes de promotion commencent de plus en plus à ressembler à des production cinématographiques (on pense à la dernière pub Shalimar), tandis que certains films deviennent des publicités de 1h30.

Mangez de la pomme

Cela avait été reproché récemment au duo Owen Wilson/Vince Vaughn avec Les Stagiaires, qui vantait les mérites d’un site de recherche, jusque dans l’affiche. La même chose peut être dite de Sex Tape, dont le pitch semble sorti tout droit d’une réunion marketing d’Apple. Jake Kasdan, le réalisateur, semble en être conscient, tant certains plans pourraient servir de publicité à la marque à la pomme.

S’il tente désespérément de désamorcer cette invasion putassière par le filtre de l’humour, il échoue lamentablement et ne fait que renforcer la sensation qu’il n’est qu’un jouet aux mains des décideurs. D’autant que son film manque cruellement d’âme. La réalisation est parfois singulièrement maladroite, et aucune scène ne se distingue durant ses quatre-vingt-dix minutes de placement de produits sans subtilité. Autre grand absent, l’humour mordant et provocateur que le spectateur pouvait être en droit d’attendre.

Bad Writer

Pas ou peu de blagues sortent des sentiers battus, la plupart des moments vraiment drôles sont de toute façon dans la bande-annonce, et de longs couloirs de dialogues nuisent au rythme du récit. Le scénario est par ailleurs plutôt mal fagoté, et les rebondissements forcés s’enchaînent pour tenter de donner un peu de punch à un récit qui se traîne en longueur. Après vingt minutes plutôt prometteuses, le film s’essouffle terriblement, et on a plus souvent l’impression d’assister à une succession de sketchs qu’à un ensemble cohérent.

Jason Segel et Cameron Diaz, qui retrouvent Kasdan après Bad Teacher, font de leur mieux dans cette comédie qui n’en est pas vraiment une. Leur alchimie est évidente, le premier jouant dans son registre habituel, tandis que la seconde prouve qu’elle n’a rien perdu de son physique avantageux. Mais l’écriture des personnages ne joue pas en leur faveur et, malgré tous leurs efforts, ils peinent à les rendre sympathiques.

Sans être foncièrement déplaisante, cette comédie est loin de remplir toutes ses promesses, et ressemble bien trop à une publicité pour Apple. Malgré quelques bonnes idées, Sex Tape s’essouffle bien trop vite, n’allant pas vraiment au bout de son concept, et pâtissant d’une fin à la fois trop longue et trop brusque pour être convaincante. Dommage.

Fiche Technique – Sex Tape

USA – 2014
Réalisateur : Jake Kasdan
Scénario : Kate Angelo, Jason Segel, Nicholas Stoller
Distribution : Cameron Diaz (Annie), Jason Segel (Jay), Rob Corddry (Robbie), Ellie Kemper (Tess), Rob Lowe (Hank)
Genre : Comédie
Directeur de la photographie : Tim Suhrstedt
Compositeur : Michael Andrews
Monteur : Tara Timpone
Producteurs : Todd Black, Jason Blumenthal, Steve Tisch
Production : Escape Artists, Sony Pictures Entertainment
Distribution : Sony Pictures Releasing

Auteur de l’article Mikael Yung

Plus d'articles
ghosts-of-mars-rétro-Carpenter
Ghosts of Mars (2001) de John Carpenter : un mars et un départ