Fruitvale Station : la critique du film de Ryan Coogler

Fruitvale Station : Chronique d’une mort annoncée

Fruitvale Station n’est pas un brûlot rageur mais un film pudique toute en finesse. Le néo-realisateur Ryan Googler a eu l’intelligence de s’écarter des sentiers des raisins de la colère, pour présenter avec une caméra qui ne lâche pas Michael B. Jordan(Chronicle) le portrait d’un jeune homme au destin tragique.

Un film toute en douceur, le réalisateur prend le temps de camper les personnages et les liens qui les unissent, il nous montre la façon dont il s’occupe de sa fille âgée de 5 ans, l’aide qu’il apporte à une femme blanche qui achète du poisson dans un supermarché et qu’il met en contact avec sa grand-mère, spécialiste du poisson frit : des épisodes d’une tranche de vie sur 24h avant le drame.

Un témoignage noble, simple d’un jeune homme qui après avoir fait de la prison décide à 22 ans de se construire une vie rangée. On voit un jeune homme, avec ses défauts, ses doutes, ses qualités, sa joie et ses peurs de la précarité prêt à prendre son destin en main. Ce drame, tourné caméra à l’épaule permet de s’attacher aux personnages et même si la fin est inéluctable, on se surprend à espérer un autre destin pour Oscar Grant.

Fruitvale Station est une chronique poignante, un fait divers raconté avec sobriété. Un film sincère, à la mise en scène intimiste, qui nous emporte dans une histoire bouleversante à la fin terrifiante.

On peut reprocher à cette production indépendante soutenue par le comédien Forest Whitaker d’être trop porté sur le pathos, d’avoir utilisé les véritables images du meurtre d’Oscar Grant par un policier à la gâchette facile. Pourtant Fruitvale Station est un premier film emprunt d’humanisme, un bon début pour Googler, un réalisateur prometteur, à suivre…

Un film porté par des acteurs à l’interprétation magnifique, Octavia Spencer et Melonie Diaz sont excellentes. Quant à Michael B. Jordan que l’on a pu voir dans la série (Friday Night Lights et le film Chronicle), il est vraiment durant cette chronique d’une mort annoncée, Oscar Grant, un acteur magnétique, talentueux qui fera certainement parler de lui dans un futur proche.

Synopsis : Fruitvale Station fut la sensation, du dernier Festival de Sundance, où il remporta le prestigieux Prix du Jury ainsi que le Prix du Public. Fruitvale Station marque les premiers pas dans le long-métrage du jeune réalisateur Ryan Coogler, 27 ans, qui s’empare d’un authentique fait divers survenu à Oakland en 2009. Le soir du réveillon, le jeune Oscar Grant et ses amis croisent la route d’un gang vindicatif dans le métro. La situation dégénère, les policiers interviennent. Une bavure plus tard, la vidéo filmée par des passagers tourne à plein régime sur les réseaux sociaux et la ville est en émoi autant qu’en colère. Pour aborder cette histoire terrible, le jeune réalisateur Ryan Coogler, opte pour un point de vue mettant la dimension humaine au centre de ce tragique épisode, mêlant images fictionnelles et réelles.

Fruitvale Station : Bande-annonce

Fiche Technique : Fruitvale Station

Titre original : Fruitvale Station
Réalisation : Ryan Coogler
Scénario et dialogues : Ryan Coogler
Casting : Michael B. Jordan (Oscar Grant), Melonie Diaz (Sophina), Octavia Spencer (Wanda), Kevin Durand (Officier Caruso), Chad Michael Murray (Officier Ingram), Ahna O’Reilly (Katie), Ariana Neal (Tatiana)…
Date de sortie : 1er janvier 2014
Nationalité : USA
Durée : 1h25
Budget : 900 000 $
Décors : Hannah Beachler
Costumes : Aggie Rodgers
Image : Rachel Morrison
Montage : Michael P. Shawyer
Directeur de la photographie : Rachel Morrison
Musique : Ludwig Gôransson
Produit par Nina Yang Bongiovi et Forest Whitaker

 

 

Plus d'articles
starman-john-carpenter-karen-allen-jeff-bridges-1984
Starman (1984), de John Carpenter : coiffé au poteau