demain-tout-commence-arras-film-festival-2016-hugo-gelin-omar-sy

Arras Film Festival 2016 : Demain tout commence, avec Omar Sy et Clémence Poésy

Première projection de cette nouvelle édition du Arras Film Festival : Demain tout commence, une comédie dramatique oubliable avec Omar Sy, Clémence Poésy et Gloria Colston.

Synopsis : Samuel (Omar Sy) mène sa vie sans attaches ni responsabilités, au bord de la mer sous le soleil du sud de la France, auprès des gens qu’il aime et avec qui il travaille sans trop se fatiguer. Jusqu’à ce qu’une de ses anciennes conquêtes (Clémence Poésy) lui laisse sur les bras un bébé de quelques mois, Gloria (Gloria Colston) : sa fille ! Incapable de s’occuper d’un enfant et bien décidé à rendre la petite à sa mère, Samuel se précipite à Londres pour tenter de la retrouver, sans succès. 8 ans plus tard, alors que Samuel et Gloria ont élu domicile dans la capitale britannique et sont devenus inséparables, la mère de Gloria revient dans le tableau pour récupérer sa fille…

Notre Review de Demain tout commence

La bande-annonce laissait présager une comédie familiale sympathique. Le long-métrage est en réalité plus complexe, plus riche, même trop. En effet, trop d’événements, de drames viennent complexifier le récit, qui aurait pu et même dû s’en tenir à la simplicité du synopsis. À vouloir densifier son récit, le réalisateur Hugo Gélin n’a fait que le perdre de vue. Attention, Samuel semble malade ! Oh non, la mère revient et va jusqu’au tribunal pour récupérer sa fille ! BIM ! Samuel n’est finalement pas le père biologique. Et attention, BIG SPOILER, c’est finalement Gloria qui n’a plus beaucoup de temps à vivre et… Stop. Pas besoin d’aller plus loin. Au-delà des outils mélodramatiques déployés pour mettre en place un franche tire-larmes et quelques sourires égayés de ci, de là, on reprochera à ce fourre-tout nommé Demain tout commence de tromper, mentir littéralement au spectateur pour amplifier et mettre en place ses ressorts dramatiques. Malgré quelques beaux moments réussis dont on ne sait pas à qui revient la paternité – oh oh le jeu de mot – , au réalisateur, au chef opérateur, au scénario, à un ensemble ou à un autre élément, le film a une réalisation pas assez forte pour supporter le méchoui scénaristique. D’ailleurs, certaines images ont une matière vidéo étrange digne de productions télévisuelles pauvres – vous aurez un exemple signé TF1 évoqué un peu plus bas. La post-production était-t-elle finie lors de cette avant-première ? Une question à ne pas écarter même si la sur-propreté des décors, des acteurs, de l’ensemble est bien présente ici.

Alors l’ennui se pointe, avec l’impression de se faire berner par cette histoire gentillette et son récit foutraque. La morale finale (présentée dès le début du film) en agacera plus d’un, et en achèvera d’autres.

Autre défaut majeur et pas des moindres, le casting. Si il y a de beaux moments de complicité entre Omar Sy et la jeune et lumineuse Gloria Colston, l’acteur et humoriste français a une interprétation limite, digne des téléfilms TF1 tels que Camping Paradis. Cela, au même titre que Clémentine Célarié en mode automatique. Parfois aussi, Colston expose facilement ses faiblesses. On pense alors aux moqueries supportées par Jake Lloyd sur le tournage de Star Wars Épisode I, où des techniciens l’auraient décrit comme un enfant poupée ou acteur-marionnette, manipulé, sur-guidé, plus qu’il ne joue. Qu’on se le dise, il est difficile de mettre en scène des enfants. Le réalisateur n’a peut-être pas totalement réussi ce défi, mais il s’en sort toutefois très bien. Certes on a vu mieux, mais on a vu bien pire (Jake Lloyd dans la Course aux Jouets). Clémence Poésy s’en tire mieux, passée sa disparition ; sa pudeur et sa grâce mélancolique la servant beaucoup lors du retour du personnage de la mère.

Nous parlions de téléfilms signés TF1. Justement, le film a été produit par la chaîne ainsi que par Canal +. Si nous avons parfois droit à de très belles images, à quelques beaux moments de cinéma français, il faut le dire, sans méchanceté : Demain tout commence est un film taillé pour la télévision. Au final, ce long métrage propret est inoffensif au possible, à l’image de sa musique, entre réutilisation de musique pop’ et une composition originale proche du néant, est un film bonbon auquel on goûte de temps en temps, qu’on consomme et oublie avant d’accueillir et digérer le prochain. « Un film du dimanche soir », a déclaré un journaliste lors d’un repas de la presse. Et pour citer une autre personne, ou plutôt ici, un personnage, James Bond (Daniel Craig), dans Casino Royale : « Oui, indéniablement. »

[irp posts= »81397″ name= »Arras Film Festival : lancement de l’édition 2016″]

Demain tout commence

Un film de Hugo Gélin
Avec Omar Sy, Clémence Poésy, Gloria Colston…
Distribution : Mars Distribution
Genre : Copmédie, Drame
Date de sortie : 07 Décembre 2016

France – 2016

Demain tout commence : Bande-annonce