les-oeillades-amal-critique-film

Les Œillades 2023 : Amal de Jawad Rhalib, violente est l’emprise

Sévan Lesaffre Critique cinéma LeMagduCiné

Porté par le cri incandescent de Lubna Azabal, Amal dénonce avec force les défaillances de tout un système éducatif impuissant face à l’intégrisme qui gangrène nos sociétés. Dans cette œuvre éminemment politique à l’actualité brûlante, Jawad Rhalib brosse le portrait enflammé d’une enseignante de littérature abattue par la radicalisation latente de ses élèves et en rage contre l’inaction de son établissement. Tout comme son personnage-titre, le cinéaste belgo-marocain veut croire en les vertus citoyennes de l’école laïque, mais donne surtout à voir les solitudes, les anxiétés et les espoirs des jeunes, ces adultes en lointain devenir hélas livrés à eux-mêmes.

À travers le courageux combat d’une femme qui revendique avec force sa liberté d’enseigner, Amal dissèque les mécaniques de l’islamisme radical et de la haine de l’autre, sans jamais chercher à les transformer en objets théoriques inaccessibles. Le film agit alors comme la synthèse du cinéma social et engagé de Jawad Rhalib, qui luttait déjà contre l’intégrisme dans son précieux documentaire Au temps où les Arabes dansaient sorti en 2018. En effet, le cinéaste dresse ici le constat pessimiste d’une école bruxelloise complètement ravagée par les discriminations, injures, bagarres et conflits stériles, véritable poudrière autrefois forteresse imprenable où se forgeaient l’esprit critique et l’ouverture au monde. La frontalité du dispositif quasi documentaire d’Amal — le plan-séquence permet notamment de fabriquer des débats spontanés dans l’écrin intime de la salle de classe —, sert la mise en scène frénétique du harcèlement scolaire (dans l’enceinte du lycée mais aussi en ligne) ainsi que le propos sur l’urgence vitale et la nécessité des structures d’accompagnement des jeunes, victimes de violences psychologiques.

Au cœur du film trône l’interprétation directe et vibrante de Lubna Azabal (Le Bleu du caftan, Pour la France), absolument saisissante en professeure de littérature au bord du burn-out, qui, entre exigence et bienveillance, tente de concilier au mieux son métier et sa vie de femme de confession musulmane, vivement menacée par une élève radicalisée. Autour d’elle, la proviseure Catherine Salée et le collègue Fabrizio Rongione incarnent avec justesse ce corps enseignant totalement impuissant, dépassé par l’ampleur des tensions communautaires ou certaines revendications hors-sol des parents, et au sein duquel règne une politique du « pas de vagues » tout à fait révoltante.

Portrait désespéré d’un système éducatif à bout de souffle, Amal se pose en observateur de contradictions simplement humaines. Un film nécessaire qui à ce jour n’a pourtant pas trouvé de distributeur en France, mais remporte le prix du public au festival du film francophone d’Albi. 

Amal – Bande-annonce

Synopsis : Professeure de français dans une école laïque bruxelloise, Amal encourage ses élèves à cultiver la passion de la lecture, revendiquer la liberté d’expression et prôner l’acceptation de l’autre. Mais son franc-parler dérange la communauté musulmane, qui s’oppose à ses méthodes pédagogiques avec virulence. Pourtant, Amal résiste et ne se laisse pas envahir par la peur. Surtout lorsqu’elle doit venir en aide à l’une de ses étudiantes, la discrète Monia, qui, soupçonnée d’être homosexuelle, est agressée, harcelée et menacée.

Amal – Fiche technique

Réalisation : Jawad Rhalib
Scénario : Jawad  Rhalib, David Lambert, Chloé Léonil
Avec : Lubna Azabal, Catherine Salée, Fabrizio Rongione, Kenza Benbouchta, Ethelle Gonzalez-Lardued, Johan Heldenberg, Babetida Sadjo, Mehdy Khachachi…
Production : Geneviève Lemal
Photographie : Lisa Willame
Costumes : Audrey Wilmotte
Montage : Nicolas Rumpl
Distributeur : UFO Distribution
Durée : 1h51
Genre : Drame
Sortie : 17 avril 2024

Critique cinéma LeMagduCiné