zodiac-tueur-lac-meurtre-ultime
A l'heure où le très attendu Once Upon A Time in Hollywood de Quentin Tarantino va bientôt débarquer en France, on s'est demandé si l'année 1969, en plus d'avoir engendré le tueur Charles Manson, n'avait pas aussi amené le célèbre tueur du Zodiac, un bien étrange personnage dont les spécificités ont vite fait de le caractériser comme à notre sens comme le tueur ultime du cinéma.
lieux-et-cinema-dossiers-hana-bi-mektoub-my-love
La plage. De grandes dunes de sable. Un soleil de feu. De l’eau bleue à perte de vue. Et puis l’Homme. La plage au cinéma est un lieu qui matérialise rapidement toute sa complexité, et qui de par son architecture, tend souvent vers le naturalisme. C’est tout autant l’endroit propice aux rencontres que celui qui nous mène vers une introspection individuelle et salutaire. Visuellement exotique et magnifique, la plage n’est pas que synonyme de vie et d’amusement mais se révèle être l’espace de toutes les errances, comme le montra Pierrot le Fou de Jean Luc Godard. 
cercle-des-poetes-disparus-cinema-ecole-robin-williams-peter-weir
Lieu universel de transition, l'école peut nous mener de l'épanouissement au cauchemar. Caractérisée autant comme un lieu d'émancipation que comme un espace de formatage inégalitaire, l'école se retrouve représentée dans la diversité de ses conceptions sur le grand écran. Du social au fantastique, de Poudlard au M.I.T, que raconte le cinéma sur l'école en tant que lieu et institution ?
juno-chambre-lieux-et-cinema
Si à sa naissance, il a été capable de filmer la sortie d’usine d’ouvriers, c’est que le cinéma a pour vocation de montrer la vie, son intimité et sa particularité. Pour autant, après le côté brut de ce premier essai, vient la volonté d’universaliser un propos. A l’heure où les blockbusters quittent la chambre à coucher pour la zone de combat permanent où l’humain s’efface pour le héros, revenons sur quelques chambres plus ou moins célèbres au cinéma. Le tout dans le cadre de notre cycle « lieux et cinéma ».
Les escaliers ont de multiples fonctions au cinéma : ils servent à caractériser des personnages, à donner corps à des univers singuliers, à créer du suspense, à reformater la dynamique d'une scène, à rendre opérantes des prises de vues acrobatiques. Alfred Hitchcock, Brian De Palma ou Billy Wilder ont d'ailleurs exploité le motif à foison - jusqu'à devenir représentatifs d'une obsession peu commune.
Chez Ridley Scott, Andrew Niccol ou Alain Resnais, le totalitarisme et la dystopie ont contribué à façonner des films mémorables, figurant en bonne place au panthéon du septième art. Alors que le Mag du Ciné interroge actuellement les tueurs en série de chair et d'os, ne convient-il pas d'élargir le spectre et de prêter la tribune au plus impitoyable des meurtriers, à savoir la société elle-même, en tant que telle et dans sa gouvernance ?
alain-delon-biographie-cannes-2019
« On n’est pas obligé d’être en accord avec moi. Mais il y a une chose au monde dont je suis sûr, dont je suis fier, vraiment, une seule, c’est ma carrière » a déclaré Alain Delon, lors de la cérémonie de remise de la Palme d'honneur qui s'est tenue à Cannes. A cette occasion, petit retour sur une filmographie impressionnante.