entre-ses-mains-anne-fontaine-tueurs-en-serie
Dans le cadre de notre dossier sur les tueurs en série, focus sur Entre ses mains d'Anne Fontaine, un thriller intimiste à la française qui revient sur les états d'âme et la culpabilité d'un tueur en série torturé. Victime de sa propre humanité, le personnage invite le spectateur à s'interroger sur un tabou : les serial killers seraient-ils finalement capables d'éprouver des sentiments ?
alien-40-ans-fox
Pour les 40 ans du premier film Alien, qui auront lieu le 25 mai prochain, la rédaction retrace les différents projets qui ont vu le jour pour cet événement (courts-métrages, jeux vidéo...) et fait le point sur le devenir de la franchise au cinéma, notamment suite au rachat de la Fox par Disney.
sombre-film-philippe-grandrieux-serial-killers
Durant ce mois de mai, Le Magduciné a voulu se pencher sur le thème des tueurs en série au cinéma et dans les séries. Commençons par un meurtrier peu connu mais à la représentation maladive et flamboyante : Jean du film Sombre de Philippe Grandrieux. Un film à l’image de son personnage : hors des sentiers battus et qui s’engouffre dans le chaos.
wesley-snipes-demolition-man
Je suis le loup dans cette bergerie géante qu’est le monde. Je suis le renard dont les poules guettent la silhouette d’un œil inquiet dans l’entrebâillement de leur poulailler. Je suis le croque-mitaine qui empêche les marmots de dormir et l’hypothèse probable d’une mort prématurée pour tous ceux qui croisent mon chemin. Putain, mais qu’est ce que c’est bon d’être moi. Simon Phoenix, pour vous desservir.
La-folle-journee-de-Ferris-Bueller-John-Hughes-joie-au-cinema
John Hughes signe avec La Folle journée de Ferris Bueller un hymne à la joie et à la liberté à travers les pérégrinations aussi réjouissantes que saugrenues d'un adolescent et ses deux amis, et parvient à nous livrer un récit d'apprentissage intelligent et entraînant, au ton feel-good rarement égalé. Résultat : une œuvre réjouissante et vintage qui fleure bon les années 80, pour un message fort, aussi universel qu'intemporel.
les-ogres-lea-fehner-joie-au-cinema
Dans son deuxième film, Léa Fehner filme un collectif. A la « qu’un seul tienne les autres suivront », elle permet à ses personnages de construire une utopie où le bonheur semble toujours teinté de tristesse. Pourtant, c’est la rage de vivre de ces acteurs ambulants que l’on retient, grâce à une très belle scène finale. Petite analyse de la joie « triste » au cinéma dans le cadre de notre cycle d'avril.