polisse-maiwenn-cannes-2011
Lorsqu'elle reçoit le prix d'interprétation féminine pour Mon Roi (2015), Emmanuelle Bercot déverse une émotion palpable, presque "trop" envahissante pour certains. Elle a été prise dans le dispositif émotif à la Maïwenn où tout explose, où l'affect est roi. Polisse, son film le plus intime à ce jour dit-elle, n'échappe pas à la règle. Il avait marqué le festival de Cannes 2011 dont il est reparti avec un Prix du Jury.